Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse de Blois

Chronique du 15 septembre 2017

Add this

L’ÉGLISE ET LES MIGRANTS, 2 : Droits et devoirs

 

La semaine dernière, je vous ai annoncé que nous allions tenter une réflexion approfondie et autant que possible dépassionnée sur la question des migrants. Nous voici donc à pied d’œuvre.

L’accueil des personnes émigrées est une affaire de droits et de devoirs. Examinons cela.

Les personnes émigrées ou déplacées ont le droit, si leur émigration est rendue nécessaire par des raisons graves, d’être accueillies dans d’autres pays, et ces pays ont le devoir de les accueillir dans des conditions dignes. Mais les émigrés accueillis, de leur côté, ont le devoir de chercher à s’intégrer dans leurs pays d’accueil, sans exiger qu’y soient reproduits les modes de vie qu’ils ont connus dans leur pays d’origine, par exemple en ce qui concerne la place de la religion dans la vie civile. Et les pays qui les accueillent ont le droit d’exiger des accueillis cet effort d’intégration.

On récusera donc comme inadmissible l’affirmation de Houria Bouteldja, fondatrice des « Indigènes de la République » selon laquelle « ce n’est pas nous qui nous intégrons à la France, c’est la France qui s’intègre à nous ». Et on tiendra fermement le principe énoncé par le Catéchisme de l’Église catholique (2241) : « L’immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil, d’obéir à ses lois et de contribuer à ses charges. »

Ainsi présentés, droits et devoirs peuvent paraître symétriques, à chaque droit correspondant un devoir, et vice versa. Ce n’est pourtant pas le cas : les droits sont toujours relatifs, tandis que les devoirs sont absolus. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a pu rédiger des « déclarations des droits », ce qui est beaucoup plus difficile pour les devoirs. L’amour, en effet, ne crée que des obligations, c’est pourquoi il ne connaît pas de limites ; la justice, elle, est fondée sur les droits, c’est pourquoi elle s’exerce dans un cadre bien défini.

C’est sur la base de l’absolu des devoirs et du relatif des droits que le Pape François a écrit la phrase suivante, taxée un peu vite par Philippe de Villiers de « prime à l’anarchie » : « Le principe de la centralité de la personne humaine (…) oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale ». Ce qui suppose bien sûr que la sécurité des personnes soit réellement menacée dans leur pays. Nous y reviendrons la semaine prochaine.