Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse de Blois

Chronique du 17 novembre 2017

Add this

JOURNÉE MONDIALE DES PAUVRES

 

En 2012, Félix Baumgartner s’offrait le luxe d’un saut en parachute à partir de la stratosphère, à près de 40 kilomètres de la terre. Prix de revient de ce petit caprice : 55 millions d’euros, financés par la firme Redbull.

Au mois d’août dernier, le PSG a acheté les services du joueur brésilien Neymar pour la modique somme de 220 millions d’euros.

Tout récemment, l’émirat d’Abu Dhabi inaugurait un musée pour lequel il avait investi environ un milliard d’euros. La seule autorisation d’utiliser le nom de « Louvre », valable 30 ans, avait rapporté 400 millions d’euros au Louvre parisien. Je me garderai bien d’omettre de vous dire que les ouvriers embauchés pour cette opération de prestige avaient dû se contenter d’un salaire de 240 dollars par mois.

Dimanche prochain 19 novembre sera, à l’initiative du Pape François, la première Journée mondiale des Pauvres. Qu’est-ce qu’un pauvre ? On peut en donner une définition très simple : c’est une personne qui n’a plus les moyens d’une vie digne.

La pauvreté, la misère, la famine faisaient jadis des ravages et, ajoutées aux maladies qu’on ne savait pas soigner, elles tuaient des quantités de gens. De ce point de vue, on peut dire que l’humanité a énormément progressé : les famines sont exceptionnelles – mais elles existent toujours, comme aujourd’hui au Yémen ; les maladies les plus meurtrières sont éradiquées – mais l’accès aux soins n’est pas le même pour tous, loin s’en faut.

Pourquoi la pauvreté en 2017 est-elle plus scandaleuse que jamais ? Parce que les disparités dans un monde en progrès n’ont jamais été aussi criantes.      Notre monde est un monde de scandales et de gaspillages inouïs. C’est un monde riche, plus riche que jamais, un monde où l’argent coule à flots. Mais c’est un monde scandaleux, et c’est justement contre ce scandale que le Pape François nous appelle à nous élever. Pas seulement par des paroles, mais en vivant le contraire de la disparité, qui a pour nom la solidarité et pour base la fraternité.