Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

s'inscrire à la newsletters'inscrire à la newsletter

 
Document Actions

Les inondations sans précédent qui frappent en ce moment la France et d’autres pays comme l’Allemagne sont des catastrophes naturelles comme on n’en avait pas connu depuis longtemps sous nos latitudes.

Elles suscitent aussi de belles réactions de solidarité, comme le fait de recevoir chez soi des voisins ou des inconnus dans l’impossibilité de regagner leur domicile.

 écouter sur RCF 41

 

                                                                                                                      Blois, le 3 juin 2016

Inondations
Les inondations sans précédent qui frappent en ce moment la France et d’autres pays comme l’Allemagne sont des catastrophes naturelles comme on n’en avait pas connu depuis longtemps sous nos latitudes. Même si on n’a pas eu jusqu’ici de pertes humaines à déplorer, du moins dans notre département, ces catastrophes provoquent des drames économiques, sociaux et humains impossibles à évaluer avec exactitude. Elles suscitent aussi de belles réactions de solidarité, comme le fait de recevoir chez soi des voisins ou des inconnus dans l’impossibilité de regagner leur domicile.

Je voudrais d’abord dire ma proximité et ma prière à tous ceux et celles qui sont touchés par ces événements et qui se demandent avec angoisse dans quel état ils retrouveront leur outil de travail ou leur habitation et comment ils pourront reprendre leur vie habituelle. Je voudrais aussi remercier ceux qui, du fait de leur métier ou simplement à cause de l’urgence de la situation, tentent de répondre aux besoins et de secourir le mieux possible les personnes sinistrées. Autant on éprouve un sentiment d’impuissance devant les catastrophes naturelles, puisqu’on en est réduit à attendre qu’elles s’arrêtent, autant on se découvre en mesure d’accomplir de petits gestes qui ont une grande portée : proposer un hébergement, de la nourriture, des vêtements, ou simplement aider une personne à se rendre d’un endroit à un autre, l’écouter et lui parler pour lui remonter le moral.

Personne ne sait dans quelle mesure exacte les activités humaines sont responsables des dérèglements climatiques. Mais ce qui est sûr, c’est que devant tous ces dangers notre radicale interdépendance apparaît en pleine lumière. D’un bout à l’autre de la terre, elle rassemble toutes les conditions, toutes les générations, toutes les cultures, toutes les postures philosophiques ou religieuses.

Il faut souhaiter que cette prise de conscience de notre solidarité dans les épreuves fasse grandir une volonté plus grande de solidarité dans les actes. Dans la Bible, la mise en lumière du péché est toujours une bonne nouvelle, car elle va toujours de pair avec la perspective d’un salut. Le salut, ici, c’est la solidarité non pas subie, mais assumée et vécue avec l’accord de nos libertés et la mise en œuvre de nos énergies. Il en est temps, et le devoir des chrétiens est d’être aux avant-postes de ce sursaut de solidarité