Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

s'inscrire à la newsletters'inscrire à la newsletter

 
Document Actions

Que retiendront les manuels d'histoire à venir de ce 12 février 2016 ? Il est possible que la rencontre du Pape François et du patriarche Kirill y figure comme un tournant décisif dans l'histoire du christianisme et donc de l'humanité.

Parce que l'humanité tout entière, qu'elle l'accepte ou qu'elle le refuse, a partie liée avec l'initative de Dieu qui un jour, en prenant notre chair, est venu à la rencontre des hommes...

     Blois, le 12 février 2016

"Un grand rendez-vous de l'Histoire".

Quand on exerce le métier de journaliste, la première tâche quotidienne est de faire un tri dans l'avalanche des informations. Tous les journalistes le savent : même lorsqu'il est fait avec un réel souci d'objectivité, ce tri demeure éminemment subjectif.

Que retiendront les manuels d'histoire à venir de ce 12 février 2016? Il n'est pas sûr qu'ils retiennent le dernier remaniement ministériel du gouvernement de notre pays, qui fait pourtant la une de nos journaux. En revanche, il es possible que la rencontre du Pape François et du patriarche Kirill y figure un jour comme un tournant décisif dans l'histoire du christianisme, et donc de l'humanité.

Le patriarche de Moscou Kirill est depuis 2009 à la tête de ce qu'on appelle parfois "la troisième Rome". Comme beaucoup de ceux qui ont vécu sous le régime soviétique, son histoire personnelle est complexe : elle manifeste une des faiblesses structurelles de l'orthodoxie, sa dépendance à l'égard des pouvoirs politiques en place. Mais ce qui se passe aujourd'hui va bien au-delà de sa personne.

Pourquoi cette rencontre pourrait-elle être un tournant dans l'histoire du christianisme? Parce qu'elle est peut-être une des ultimes étapes sur le chemin de l'unité entre l’Église catholique et les Églises du monde orthodoxe, séparées depuis plus d'un millénaire. Si cette unité, longuement préparée par le mouvement oecuménique et par les papes successifs, devait enfin aboutir, l'Eglise recommencerait à "respirer avec ses deux poumons", pour reprendre l'expression de saint Jean-Paul II.

Mais pourquoi un tel évènement serait-il un tournant dans l'histoire de l'humanité? Parce que l'humanité tout entière, qu'elle le sache ou qu'elle l'ignore, qu'elle l'accepte ou qu'elle le refuse, à partie liée avec l'initiative de Dieu qui un jour, en prenant notre chair, est venu à la rencontre des hommes et a lié son destin au leur en mourant pour eux sur la croix.

Il est révélateur, de ce point de vue, que la rencontre de ce jour à La Havane ait été hâtée par la situation des chrétiens dans le monde et par ce que le Pape François appelle  "l'oecuménisme du sang". Si les chrétiens d'aujourd'hui sont appelés, un peu partout et de plus en plus, au témoignage suprême pour leur Seigneur, c'est sans aucun doute parce qu'il veut les associer très étroitement à son propre sacrifice pour un monde perdu, dont Dieu pourtant, ne désespère jamais.

Alors ne manquons pas, en ce 12 février 2016, ce rendez-vous de l'Histoire :"Les évènements, c'est moi,  dit Dieu" (Ch. Péguy).