Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Louis BOUCHERE, curé de Talcy pendant le Révolution

Documents concernant LOUIS BOUCHERE, curé de TALCY, figure d'un prêtre dans la tourmente révolutionnaire

breviaire de louis bouchere 1.jpg

BREVIAIRE DE LOUIS BOUCHERE, Curé de Talcy

 

breviaire louis bouchere 2.jpg

BREVIAIRE DE LOUIS BOUCHERE, curé de Talcy

inscription :

« il y a 28 ans que je le dis. Mon compagnon de prison. Mon Bréviaire est ma consolation. Dieu m’a fait la grâce de n’y pas manquer un seul jour, mesme dans la Terreur et lorsque la persécution m’a fait prendre la fuite»

 

rituel blesois de louis bouchere.jpg

 

TEXTE manuscrit de la page de gauche du RITUEL :

« En 1791 seize janvier j’eus le malheur de prester un serment que la sainte Eglise romaine a condamné, et le Dieu de miséricordes m’a fait la grâce, en 1795, 22 juillet, de la rétracter conjointement avec le serment de liberté et d’égalité que je prestais en 1792. Aujourd’hui, feste de Ste Marie Magdeleine 1796 anniversaire de mes rétractations, je les confirme et ratifie autant par conviction que par édification du peuple chrétien, et je déclare en présence de celui qui voit le fonds des cœurs que malgré les peines et les amertumes dont j’ai éstés et dont je suis encor abreuvé a raison de la persécution que les susdites rétractations m’ont attirées, je n’ai jamais eu la conscience aussi tranquille que depuis qu’il a plu à Dieu de me faire rentrer dans son Eglise. Je lui demande sincèrement pardon d’avoir séduit par mes discours et par mon exemple un si grand nombre de personnes, et d’êstre si longtemps demeuré dans un aussi funestre et aussi déplorable schisme. J’ai cru devoir renouveller cet humiliant aveu au commencement de cet excellent rituel qui auroit du suffire pour me préserver de l’erreur et que j’ai sauvé du naufrage ou de la rage des briseurs d’églises, vases sacrés, images, livres, etc…Soyez à jamais béni, ô Mon Dieu, et que mille grâces vous soient rendues pour m’avoir appelé des ténèbres à la lumière et de la mort à la vie en me donnant la force de désavouer tout ce que j’ai dit et fait contre les décisions de mes supérieurs légitimes et de condamner publiquement mon ignorance, mon orgueil, et mes erreurs. Louis Bouchère, prestre, curé de Talcy, diocèse de Blois près de Mer sur Loire 22 juillet 1796. »