Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse de Blois

L'Apparition - 16 février 2018

Add this
Chronique du 16 février 2018

L’APPARITION

Comment arriver à parler d’un film qu’on n’a pas vu, même si on a envie d’aller le voir ? Il y faut, me semble-t-il, deux conditions : d’abord être intéressé par le sujet qu’il aborde, ensuite avoir été favorablement impressionné par ce qu’en dit son réalisateur. Il se trouve que le film de Xavier GIANNOLI qui a pour titre L’Apparition remplit ces deux conditions. Alors je me lance.

Il faut oser faire un film qui traite de la foi en partant du thème des apparitions de la Vierge Marie. Xavier Giannoli a osé, et son audace repose aussi bien sur la présence du surnaturel dans le réel de la vie des gens plutôt que dans les réflexions très abstraites des intellectuels, que sur la rigueur sans concession des enquêtes que demande l’Église avant de se prononcer sur la légitimité de croire à une apparition. « La question des religions, remarque Xavier Giannoli, est trop  souvent réduite à des considérations politiques et sociales, ou alors au fanatisme. La vulgarité, notamment médiatique, de ces débats, par rapport à la noblesse du sujet, créait en moi un manque. Je voulais m’en réapproprier la part intime, le traiter à hauteur d’hommes avec exigence mais sans complaisance. » Et lorsqu’on lui parle d’une possible imposture, il ajoute : « Ce n’est pas l’imposture qui m’intéresse mais la quête de vérité. La question est : à quoi peut-on encore croire ? Sur le plan politique, religieux et même amoureux. »

La quête de vérité et la crédibilité de la foi : il est frappant de voir combien, dans les discussions médiatiques sur le fait religieux, ces questions paraissent totalement hors sujet. Ne sont-elles pas pourtant les seules questions intéressantes ? Le seul fait qu’un réalisateur de cinéma les pose me paraît de bon aloi. Et aussi qu’il dise que tous les personnages de ses films sont « dépassés par leur histoire »... Au fait, si nous y réfléchissons, est-ce que nous ne sommes pas tous dépassés par la nôtre ?