Saint Agil

Add this
église Saint Agil ; fête Saint Christophe - le 25 juillet

L'église de la commune de Saint-Agil, datant du XI° – XII° siècle, a saint Agil pour patron principal. Agil, abbé au VI° siècle de l'abbaye de Rebais, au diocèse de Meaux, en Champagne, à donné son nom à la commune. Le comte de Blois-Chartes, sur le territoire duquel nous sommes, était aussi comte de Champagne, où se trouve Meaux. Ceci explique peut-être cela ! Fiacre, peut-être fils d'un roi d'Ecosse, ermite, aussi dans le diocèse de Meaux et à la même époque, est second patron de la paroisse. Il est connu comme saint patron des jardiniers. Statues, vitraux et sculptures à découvrir évoquent dans l'église ces deux saints patrons. Ils sont reconnaissables à leurs attributs : mitre et crosse pour Agil ; pelle, choux, couronne royale pour Fiacre.
Parmi de nombreuses richesses, deux tableaux retiennent l'attention. Le tableau du retable présente sainte Marguerite Marie Alacoque ayant une vision du Sacré Cœur de Jésus. le Christ lui confie la mission de réveiller l'adoration des fidèles qui ne répondent pas suffisamment à son amour. Cette dévotion au Sacré Cœur a eu un grand développement au XIX° siècle qui a culminé avec la construction de la basilique du Sacré Cœur de Montmartre (de 1873 à 1896). Le second tableau est associé au Rosaire. La sainte Vierge donne son chapelet à saint Dominique et un autre à sainte Catherine de Sienne. Un chien tenant un flambeau allumé éclairant un globe terrestre renversé est au pied de saint Dominique. Associée à un jeu de mots (dominicains = domini canes = chiens du Seigneur), cette image symbolise la mission des Dominicains d'éclairer par leur prêche le monde qui, sans Dieu, va à sa perte.
Les saints patrons, Agil et Fiacre ; le Sacré-Cœur ; le Rosaire, tout incite à la prière dans l'église de Saint-Agil aussi remarquable par son tour de chœur dont on retrouve l'analogue à Boursay. Son clocher reconstruit en 1886 et entièrement restauré en 2015 indique toujours le ciel avant de monter vers l'autel dans l'église.

Bernard MALCOR