Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse de Blois

Chroniques de l'évêque

Add this


Chaque semaine notre évêque parle sur la radio diocésaine.

Accédez à la rubrique en cliquant ici

Dernier
Chronique du 28 avril 2017

JÉRUSALEM

Pour la deuxième fois en quelques  mois, le diocèse de Blois a emmené des pèlerins en Terre Sainte : avec le pèlerinage du mois d’octobre dernier et celui que nous sommes en train d’achever (je vous parle en ce moment de Jérusalem), ce sont en tout 166 personnes de notre diocèse qui sont parties sur les pas du Christ en quelques mois.

Les pèlerinages en Terre Sainte sont aussi anciens que la foi chrétienne. Depuis le jour de la Pentecôte, et même depuis celui de la résurrection, on se rend au tombeau vide pour constater qu’il est vide. Alors que les grandes religions proposent des pèlerinages pour aller voir quelque chose, le pèlerinage chrétien par excellence culmine en un lieu où il n’y a rien à voir. Du même coup, nous sommes renvoyés de ce lieu vers le monde entier pour proclamer que nous n’y avons rien trouvé, et que Celui qui était mort est vivant, ressuscité.

À l’époque où fut construite la première basilique, l’empereur Constantin avait tourné l’édifice en direction du tombeau vide, à l’image du temple de Jérusalem qui, lui aussi, était tourné vers un lieu vide depuis que l’arche d’alliance avait été dérobée par les Babyloniens. Mais lorsque les Croisés, neuf siècles plus tard, reconstruisirent la basilique détruite, ils décidèrent de la tourner non vers le tombeau, mais vers le soleil levant. De la sorte, quand on célébrait la messe, on tournait le dos au tombeau !

On ne saurait trouver meilleur exemple pour montrer que la foi chrétienne n’a pas le fétichisme des lieux ; elle est tournée vers le Ressuscité, Celui qui est, qui était et qui vient, toujours plus grand que nos attentes, toujours plus jeune que nos vies.

Jérusalem ne nous rend pas nostalgiques du passé, mais nous tourne vers l’avenir. C’est pour cela, paradoxalement, qu’il est important de s’y rendre : venus y rencontrer le Christ, nous en repartons avec Lui et il fait route avec nous.

 

Par Arlette LEROUGE at 28/04/2017 15:40 |